ORDO AURUM SOLIS

Tradition

Bref historique de la Tradition ogdoadique

 Au commencement 

Sumer fut le berceau de la civilisation. C'est là que l’écriture fut inventée et que la première forme élaborée de religion se développa. Certains des plus importants principes ésotériques et pratiques de cette culture ont été transmis en Égypte. Ils ont été très tôt associés à la connaissance magique de l’ancienne Égypte et sont devenus une partie de l’héritage méditerranéen.

 

La "Tradition Ogdoadique" et la "Chaîne d'Or" (la chaîne des adeptes)

Le Dieu Thot et la Déesse Isis sont les fondateurs réels de la magie divine transmise depuis l'Égypte jusqu'à la tradition hermétiste comtemporaine appelée Aurum Solis.

Les fondateurs humains de la tradition de l’Aurum Solis furent les maîtres de la tradition platonicienne et néoplatonicienne. Initiés aux divins Mystères selon la voie théurgique, ils constituent le coeur de cette tradition. Les plus connus furent sans doute Orphée, Pythagore, Platon, Jamblique, Proclus, etc. Tous ont constitués les enseignements et pratiques de ce que l'on peut appeler "la voie sacrée du retour".

 

La Tradition Hermétiste et Néoplatonicienne

La tradition hermétiste est le coeur de l’héritage néoplatonicien. Depuis l'apparition de Thot et sa manifestation en tant qu’Hermès Trismegiste, notre divin fondateur transmet pouvoir et bénédiction à notre Ordre. L’hermétisme est une merveilleuse tradition associant la pratique de la théurgie à l’approche rationnelle des mystères de la vie.

 Le néoplatonisme peut-être considéré comme une religion philosophique. C’est une forme d’idéalisme combinée à des éléments issus du polythéisme. Ses croyances sont profondément reliées à la spiritualité traditionnelle. Le cœur du néoplatonisme comporte une partie théorique et une partie pratique. La première concerne la haute origine de l’âme humaine et la manière dont elle  s’est éloignée de son état premier. La seconde montre le chemin par lequel l’âme peut à nouveau retourner vers le Divin.

 

Les jours sombres

Au début de la religion chrétienne, Justinien declara que la foi de l’empire ne pouvait être que la foi Orthodoxe (Nicée). Le Codex contenait deux statuts décrétant la totale destruction du paganisme, même dans la vie privée.

En +529 l’Académie Néoplatonicienne d’Athènes fut fermée, sur ordre de Justinien. A partir de cette date le paganisme fut activement réprimé.Tous les domaines créatifs furent censurés (livres, art, etc.) et éliminés. Cela fut rendu possible par l'aide de moines fanatiques encouragés par les autorités de l'Empire.

À partir de cette époque et de ces décrets, de nombreux initiés hommes et femmes furent arrêtés, torturés et tués par "pur amour chrétien". Le secret sur notre tradition et nos croyances devint alors une nécessité permettant sa survie.

 

La Renaissance

Au cours du quinzième siècle, la tradition théurgique néoplatonicienne (Tradition Odgdoadique)  réapparut. Gemistus Pléthon (1355–1452) rencontra à Florence Cosme de Medicis et l'aida à fonder une nouvelle Académie Platonicienne dans cette ville. Cosme de Medicis nomma à sa tête Marsilio Ficino. Ce dernier traduisit en latin les œuvres de Platon, les Enneades de Plotin, et d’autres travaux de néoplatoniciens.

Le groupe qui travailla dans la Villa Careggi fut initié par Pléthon aux Mystères de la tradition néoplatonicienne et bien entendu à la théurgie. Ce fut la première renaissance de cette antique tradition.

 

L'Époque moderne

Juste avant la fin du vingtième siècle, en Angleterre, se trouvait un certain nombre de sociétés "antiquarian" et "folkloriques" qui s'intéressaient aux éléments étranges du passé et poursuivaient leur propre recherche. Certaines d’entre elles furent liées au platonistes de Cambridge.

Une de ces societés fut connue sous le nom de Societas Rotae Fulgentis (Societé de la Roue Ardente). Elle rétablit la connexion avec les derniers initiés néoplatoniciens, héritiers de l'antique Tradition venue de Pléthon. Cette société prit en 1897 le nom d’Ordre de l’Aurum Solis et continua ainsi la chaîne d'or des adeptes sous les différents aspects qui furent les leurs.  

Societas Rotae Fulgentis

LA CHAINE D'OR DE LA TRADITION OGDOADIQUE

 LA CHAINE DES ADEPTES

Notre tradition est issue d’une très ancienne lignée de Maîtres et d’Initiés. Tous ont constitué ce lien vivant qui nous relie aux Mystères initiatiques.

Ces Maîtres étaient les vrais fondateurs de la tradition de l’Aurum Solis. Fortement connectés aux écoles orphiques, phytagoriciennes, platoniciennes et néoplatoniciennes, ces initiés ont constitué les Mystères Ogdoadiques.

Beaucoup d'entre vous connaissent les noms de Platon, Jamblique, Plotin, Proclus et il est très important pour notre Ordre de respecter ces Maîtres qui ont transmis la lumière de la Tradition à notre Ordre.


Puisse leur mémoire être toujours honorée sous les aupices des divinités immortelles !

  

ANTIQUITÉ GRECQUE

Orphée (6ème siècle Avant Notre Ère) fut le fondateur de l'orphisme qui constitue une part très importante de lnotre Tradition. l'Orphisme fut associé à la tradition égyptienne pour ensuite évoluer au sein de la tradition hermétiste.

 

Pythagore (569-494)

Aristaeos (fils de Damophon)

Mnésarque (fils de Pythagore)

Bulagoras

Tydas de Crotone

Aresas de Lucanie

Diodore d’Aspendie

Philolaos (Aurait enseigné Platon)

Eurytos (Ibid.)

Archytas (Ibid.)


ANTIQUITÉ ÉGYPTIENNE

Thot – fondateur de la Tradition hermétiste

Les noms des prêtres d'Hermopolis et des autres lieux sacrés de cette contrées ont été pour la pliupart perdus. Quelques uns d'entre eux sont présents dans différents livres de notre tradition, mais nous sommes conscients de la difficulté de valider ces références. Elles ne le seront donc que progressivement.

 

 

 

 

ACADÉMIE PLATONICIENNE D'ATHÈNES 

Première Academie

Voici les noms des premiers Maîtres de l'Acacdémie

Platon (427-348 avant)

Speusippe , neveu de Platon (348/347-339/338) (Influence du Pythagorisme)

Xenocrate (339/338-314/313) (Influence du Pythagorisme. Fondateur réel du Platonisme)

Polemon (314/313-276/275)

Cratès d'Athènes (276/275-274/273)


Seconde (ou nouvelle) Académie

Arcesilas de Pitane (268/264-241)

Lacydes (244/243)

..... ? ...... Les noms suivants n'ont pas été retenus.


Troisième Académie

Carnéades de Cyrène (167/166)

Carneades le jeune (fils de Polémarque)

Cratès de Tarse 

Clitomaque (127/126)

Philon de Larisse (110-85) (Se réfugie à Rome en -88. Le lien institutionnel des scholarques avec Platon se brise ici.)

Antiochus of Ascalonia (85-69)(Il ouvrit à Athènes son école en -87-84, qu’il nomme " académie " par opposition à celle de Philon de tendance sceptique. Son école survit quelques années après sa mort. Il ne fut toutefois jamais reconnu comme chef de l’école platonicienne.)

Les institutions philosophiques ne survivent pas à la prise de la ville par Sylla en -87. Elles ne réaparaîtront qu’en +176, lorsque Marc Aurèle fonda les quatre chaires de philosophie : platonicienne - Aristotélicienne - Stoïcienne - Epicurienne.


Moyen Platonisme  

Durant le milieu du +1er siècle.

Potamon (Père du platonisme éclectique. Il imite en cela Philon d'Alexandrie.)

Plutarque de Chéronée (47-125)

Théon of Smyrne (2ème moitié du +2ème siècle.)

Maxime de Tyr 

Apulée de Madaure

Galien (le médecin)

Celse 

Numenius d'Apamée 

Atticos 

Alcinoos (Il développa une interprétation de Platon en utilisant les enseignements d'aristote)


Renaissance du Platonisme appelé Néoplatonisme  

Ammonius "Saccas" (175-243 NE) (Fondateur de l’école d’Alexandrie de 232 - 243. Elèves : Plotin, Longin, Hérennius, Origène [non le chrétien].)

Plotin (204-270) (Véritable fondateur du néoplatonisme. Fonda une école à Rome. Son enseignement ne sera perpétué à Rome après sa mort. Né à Lycopolis, élève d’Ammonius, ami de Gordien qu’il accompagna en Perse, où cet empereur fut tué, Plotin se fixa successivement à Antioche, Rome et Alexandrie.)

Amelius (Va reprendre l’Ecole de Numénius à Apamée)

Porphyre de Thyr (233-305) (Se sépare après 5 ans avec Plotin et s’intalle en Sicile. Il est pourtant celui qui diffuse le plus la doctrine plotinienne. Il voyage énormément et enseigne notamment Jamblique et influence à Rome le rhéteur Marius Victorinus. Ce dernier, devenu chrétien sera l’intermédiaire entre Plotin et le néoplatonisme chrétien dans St Amboise et St Augustin.)


ÉCOLE SYRIENNE D'APAMÉE

Jamblique de Chalcis (+330) ( Son enseignement à Apamée se prolongea durant tout le premier quart du IV° siècle.)

 

Sopatros 

Aidesius (fonde ensuite une école à Pergame. C’est là que l’Empereur Julien contacta le néoplatonisme en 351. Ses disciples : Maxime - Chrysante - Priscus)

Maxime enseigne à Ephèse.

Chrysante enseigne à Sardes.

Priscus enseigne à Athènes (assure la tradition du néoplatonisme jambliquéen).

L’Empereur Julien nomme Maxime à la cour, Chrysante Grand-Prêtre de Lydie et Priscus reste à Athènes.


ÉCOLE D'ALEXANDRIE

Hermias 

Ammonius " Saccas " (Elève : Plotin)

Eutocius 

Philopon (Oeuvre importante)

Olympiodore (Ce dernier ne se convertit jamais au christianisme)

Hypatie d'Alexandrie (Hypatia, v. 370 – 415) mathématicienne et philosophe grecque. Elle a dirigé l'École néo-platonicienne d'Alexandrie. Son père Théon d'Alexandrie, dernier directeur du Musée d'Alexandrie, est éditeur et commentateur de textes mathématiques. Il éduque sa fille en l'initiant à la mathématique et à la philosophie. Elle fut sauvagtement assasinée par des fanatiques chrétiens.


ÉCOLE D'ATHÈNES  

(Le néoplatonisme issu d’Alexandrie établie de nouveau une école à Athènes au début du +V° siècle)

Priscus 

Plutarque d'Athènes (350-430) (Considéré comme le fondateur de l’école néoplatonicienne d’Athènes. Associe à son enseignement Syrianus. Il eut également comme élève Hiéroclès qui enseigna ensuite à Alexandrie, puis à Byzance).

Syrianus (Il eut comme élève Hermias qui introduit à Alexandrie les doctrines de l’école d’Athènes.)

Proclus (Gouverna l’école pendant près de 50 ans)

L’Empereur Justinien ferme l’école d’Athènes en +529.

Damascius et Simplicius, Ils demandent asile à Chosroës Nushirvan, en Perse. Par la puissante protection de Chosroës, ils obtinrent de Justinien la liberté de rentrer dans leur patrie, en 533. Athènes fut le lieu de leur retraite. A son retour, il se met à la tête d’un petit groupe de sages dont les noms seraient : Emporius, Elamite, Priscian, Alcinoüs, Agathias, Hermias et Amonius, fils d’Hermias. Ils se réunissent en secret dans les ruines du temple de Déméter, près des bords de l’Ilissus, et d’un autre temple jadis consacré à Athéna.

Elamite (se rend à Antioche à la demande de Simplicius)

Priscian (se rend à Alexandrie à la demande de Simplicius)

Germain (neveu de Justinien est instruit dans sa jeunesse par Simplicius. La direction générale de " l’Ordre " lui fut confiée, mais il mourut en 550.)

Simplicius (reprend la direction six mois et se fait remplacer par Alcinoüs.)

Alcinoüs  

Evagre (surnom : Léonce)

Après la mort de Simplicius et durant 250 ans notre Tradition continua à exister en secret avec très peu d'activité visible. 
 

BYZANCE

Léon Sophos (820- ?) (né vers 820. Devint Archevèque de Thessalonique. Il fonda une école de l’Ordre en 840. Retourna à Constantinople en 843, après la mort de Théophile en 842. Il y resta 30 ans.)

(C’est Al-Mamoun qui le fit connaître à Théophile (829-842) Empereur byzantin.)

A noter l’influence de L’Empereur Constantin (867-886) (petit-fils de Basile qui fut lui-même reçu à l’Académie de Magnaure à 22 ans.)

Michel Psellus (1018-1079) (Il a de nombreux élèves de toute nationalité. Il es remplacé par 5 responsables.)

Jean Italos (Disciple de Psellus et surnommé " le Premier des Philosophes ". Frappé d’anathème en 1089.)

Michel d’Ephèse (Disciple de Psellus, a rouvert les cours platoniciens à Constantinople en 1071)

Eustrate de Nicée (Disciple de Jean Italos, reprit le flambeau, mais en 1117 doit cesser son enseignement " visible ".)

Théodore de Smyrne (Egalement disciple de Jean Italos)

Michel Italikos (Secrétaire d'Eustrate de Nicée, surnommé " le Second Platon ". Il doit fuir Byzance et s’établir en Italie)

Nicéphore Brienne (Successeur de Psellus)

Emanuel Tornicus (Initia Nicetas Achominate)

Nicetas Achominate (Chef de l'Ordre en 1191, qui dut fuir Constantinople en 1204, au moment de la prise de la ville par les croisés, et se réfugier à Nicée, où il mourut.)

Manuel Taronite (Nicée de 1204 à 1261 et dans la Grèce.)

L’Ordre fut protégé par les empereurs Théodore Lascaris (1206 à 1222) et Jean Ducas (1222 à 1254) qui y avaient été admis avant leur avènement au trône.

Georges Acropolite (1217-1282) (Il succède à son prédécesseur Manuel Taronite en 1248 et dirige l'Ordre pendant 34 ans.)

7 Maîtres se succédèrent dont les noms n'ont pour l'instant pu être validés. 

Manuel Chrysoloras (1355-1415) (Neveu d’un Imperator de ce nom, fut envoyé par l’Empereur Manuel II Paléologue (1391 à 1495), vers les princes de l’Occident. Il resta en Italie.)

Georges Gémiste Pléthon (1385-1452) (Il prit la tête de notre Ordre probablement vers 1405. Il animait le Cercle de l'Ordre dans la ville de Mistra située dans le Péloponèse. Il se rendit en Italie à l'occasion d'un Concile réunissant les Églises d'Orient et d'Occident. Il eut plusieurs rencontres privées avec Cosme de Medicis. Celui-ci l'aida à fonder une nouvelle Académie Platonicienne dans cette ville. Cosme de Medicis nomma à sa tête Marsilio Ficino. Ce dernier traduisit en latin les œuvres de Platon, les Enneades de Plotin, et d’autres travaux de néoplatoniciens.

Le groupe qui travailla dans la Villa Careggi fut initié par Pléthon aux Mystères de la tradition néoplatonicienne, à la théurgie et aux cultes traditionnels de l'hellénisme. Ce fut la première renaissance de cette antique tradition.

© 2017 by Aurum Solis - O.A.S. - O.S.V.

  • Aurum Solis Facebook Page

Accès Membre : English - Français - Portugues - Espanol